EXTRAIT DE PLOTIN

Ennéade I, 6 (1), 9, 5-22

  « Comment peut-on voir cette beauté de l'âme bonne ? Reviens en toi-même et regarde : si tu ne vois pas encore la beauté en toi, fais comme le sculpteur d'une statue qui doit devenir belle ; il enlève une partie, il gratte, il polit, il essuie jusqu'à ce qu'il dégage de belles lignes dans le marbre ; comme lui, enlève le superflu, redresse ce qui est oblique, nettoie ce qui est sombre pour le rendre brillant, et ne cesse pas de sculpter ta propre statue, jusqu'à ce que l'éclat divin de la vertu se manifeste, jusqu'à ce que tu voies la tempérance siégeant sur un trône sacré.

     Es-tu devenu cela ? Est-ce que tu vois cela ? Est-ce que tu as avec toi-même un commerce pur, sans aucun obstacle à ton unification, sans que rien d'autre soit mélangé intérieurement avec toi-même ? Es-tu tout entier une lumière véritable, non pas une lumière de dimension ou de forme mesurables qui peut augmenter indéfiniment de grandeur, mais une lumière absolument sans mesure, parce qu'elle est supérieure à toute mesure et à toute quantité ? Te vois-tu dans cet état ? Tu es alors devenu une vision ».

(trad. E. Bréhier)

Philosophie

Ataraxie

 Du grec ataraxia, «absence de trouble» (du préfixe privatif a- et taraxis, «trouble», «agitation»).

Quiétude, tranquillité de l'âme que rien ne vient troubler.

L'ataraxie est considérée dans les morales antiques (stoïcisme, épicurisme, scepticisme) comme la forme de bonheur la plus haute et le but même de la vie.

« S'il devait être question d'une réaction de fond contre le système, ce qui revient à dire contre les structures de la société et du monde moderne en général, selon moi, il y a peu de perspectives [...] Il ne s'agirait pas de contester ou de polémiquer mais de tout faire sauter : ce qui, à ce jour, est évidemment de l'ordre de la fantaisie ou de l'utopie, en laissant une bonne place à l'anarchisme sporadique. La chose possible et importante est l'action de défense intérieure individuelle, pour laquelle la formule adaptée est : “Fais en sorte que ce sur quoi tu n'as pas prise, ne puisse avoir de prise sur toi”. »

— Julius Evola, Interview à Gianfranco de Turris, « Il Conciliatore », 15 janvier 1970.

« Les astres sont comme des lettres qui s'écrivent à chaque instant dans le ciel... tout en accomplissant d'autres fonctions, ils ont le pouvoir de signifier. »

(Plotin, Ennéade II,3 )

 

« On peut comparer l'Un à la lumière, l'être qui le suit [l'Intellect] au Soleil, et le troisième [l'Âme] à l'astre de la Lune qui reçoit sa lumière du Soleil. »

(Plotin, Ennéades, traité 24, v.6)